étoupe


étoupe

étoupe [ etup ] n. f.
• 1636; estupe, estoupeXIIe; lat. stuppa, gr. stuppê
La partie la plus grossière de la filasse. Étoupe de chanvre, de lin. Étoupe blanche : résidu du chanvre travaillé dans les corderies. Étoupe noire, qui provient de vieux cordages goudronnés. Paquet, tampon d'étoupe pour calfater, boucher un trou. Loc. Avoir les cheveux comme de l'étoupe, ternes et en mauvais état.

étoupe nom féminin (latin stuppa) Composante fibreuse produite lors du teillage et/ou du peignage des fibres textiles libériennes, notamment du lin et du chanvre. Chanvre non tordu en cordage, qui sert à calfater les navires en bois.

étoupe
n. f. Partie la plus grossière de la filasse de chanvre ou de lin.

⇒ÉTOUPE, subst. fém.
Résidu grossier de fibres textiles obtenu lors du traitement de la filasse, en particulier de chanvre ou de lin. Mèche, tampon d'étoupe; l'étoupe d'un briquet. On évitera surtout, et en toutes circonstances, d'imprégner des étoupes de liquide médicamenteux (NOCARD, LECLAINCHE, Mal. microb. animaux, 1896, p. 639). Les vieilles riaient dans le veilloir, arrêtant le mouvement de leurs pauvres mains tremblantes, qui tricotaient des bas ou filaient de l'étoupe (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 17) :
Après quoi, Gilliatt empila du charbon et du bois dans ce foyer, battit le briquet sur le rocher même, fit tomber l'étincelle sur une poignée d'étoupe, et, avec l'étoupe allumée, alluma le bois et le charbon.
HUGO, Travaill. mer, 1866, p. 273.
Rem. 1. Les dict. gén. consultés attestent la loc. vieillie mettre le feu aux étoupes. Déclencher un conflit, déterminer des sentiments violents, des passions. (Quasi-)synon. mettre le feu aux poudres. Ac. indique ,,On dit dans un sens analogue le feu prend aux étoupes``. 2. La docum. atteste étoupette, subst. fém. Il coule une espèce de jus [de la viande] sur la table. C'est la maladie. On la balaye avec une étoupette de bruyère et on jette l'étoupette au feu (GIONO, Eau vive, 1943, p. 20).
En partic. Étoupe blanche. ,,Résidu du chanvre travaillé dans les corderies`` (DG). Étoupe noire (mar.). Filasse obtenue à partir de vieux cordages servant notamment au calfatage. On rend [les planches formant le bordé des bateaux] étanches en introduisant à force l'étoupe dans les interstices (LE CLÈRE, 1960).
P. compar., loc. D'étoupe, en étoupe (cf. coton)
♦ [En parlant des cheveux, des poils] Touffus et emmêlés. Un long dépendeur d'andouilles aux cheveux d'étoupe (HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 176). Qui donc dans cet autre colosse [Tourguéneff] aux sourcils d'étoupe, aux méplats immenses, aurait deviné la femme (A. DAUDET, Trente ans Paris, 1888, p. 334).
♦ [En parlant d'une pers., de ses attributs] Sans force. Je ne me rappelle pas m'être servi de mes jambes d'étoupe pour monter l'escalier (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 422). Sans caractère, sans volonté. En quelles mains d'étoupe le sceptre de Guillaume le Conquérant était-il tombé! (DRUON, Louve Fr., 1959, p. 237).
P. anal.
♦ Ce qui étouffe le bruit. Le monde entier semble assoupi. Les voitures roulent dans l'étoupe (DUHAMEL, Journal Salav. 1927, p. 107).
♦ Brouillard épais, nuage. Le pilote en panne, s'enfonçant dans l'étoupe blanche, eût tamponné les sommets sans les voir (SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p. 142).
Prononc. et Orth. :[etup]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1119 estupe « partie la plus grossière de la filasse de chanvre ou de lin » (PH. DE THAON, Comput, 663 ds T.-L.). Du lat. class. stuppa « id. ». Fréq. abs. littér. : 99. Bbg. LA LANDELLE (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 274. — VIDOS (B.E.). Mots créés, mots empruntés et curiosités lexicol. R. port. Filol. 1951, t. 1, vol. 4, pp. 269-309.

étoupe [etup] n. f.
ÉTYM. 1119, estupe; XIIe, estoupe; étoupe, 1636; du lat. stuppa, grec stuppê.
1 La partie la plus grossière de la filasse. || Étoupe de chanvre, de lin. || Étoupe blanche : résidu du chanvre travaillé dans les corderies. || Étoupe noire, qui provient de vieux cordages goudronnés. || Corde d'étoupe. Larderasse. || Étoupe dont on garnit une quenouille. Poupée. || Paquet, tampon d'étoupe. || Calfater, calfeutrer, boucher un trou, une fissure avec de l'étoupe. Ploc; étoupage.
1 Des filtrations abondantes, des « pichoux » comme disent les mineurs, jaillissaient des joints, au travers du brandissage d'étoupes goudronnées dont on les garnissait.
Zola, Germinal, t. II, p. 185.
1.1 C'était une tente profonde, avec un mât dressé au milieu. Un grand lampadaire en forme de lotus l'éclairait, tout plein d'une huile jaune où flottaient des poignées d'étoupes (…)
Flaubert, Salammbô, Pl., t. I, p. 920.
Par compar.Avoir les cheveux comme de l'étoupe, ternes et en mauvais état, emmêlés, touffus.Par métaphore. || Des cheveux d'étoupe. — ☑ Loc. (Vieilli). Avoir les jambes d'étoupe, en étoupe, molles, faibles. Coton (en).
2 Loc. fig. (XVIe). Mettre le feu aux étoupes : exciter un amour violent, un sentiment impétueux, une querelle. Dans le même sens : || Le feu prend aux étoupes.
2 (…) il faut remarquer qu'en chantant je la regardais quelquefois du coin de l'œil, d'une manière qui mettait le feu aux étoupes; car le jeu commençait à me plaire.
A. R. Lesage, Gil Blas, II, VII.
DÉR. Étouper, étoupille, étoupillon.
COMP. Presse-étoupe.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Etoupe — Étoupe L étoupe (du latin stupa, ae) est un sous produit fibreux non tissé issu essentiellement du travail du chanvre ou du lin. Ce sous produit a toujours eu certaines utilisations : Dans la construction des bateaux en bois, l étoupe sert… …   Wikipédia en Français

  • étoupé — étoupé, ée (é tou pé, pée) part. passé. Les oreilles bien étoupées …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ÉTOUPE — s. f. La partie la plus grossière, le rebut de la filasse, soit de chanvre, soit de lin. Étoupe de chanvre. Étoupe de lin. Paquet d étoupe. Fil d étoupe. Toile d étoupe. Boucher avec de l étoupe. Fig. et fam., Mettre le feu aux étoupes,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ÉTOUPE — n. f. La partie la plus grossière de la filasse. étoupe de chanvre. étoupe de lin. Paquet d’étoupe. Fil d’étoupe. Toile d’étoupe. Boucher avec de l’étoupe. Fig. et fam., Mettre le feu aux étoupes, Déterminer tout à coup quelque mouvement… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • étoupe — (é tou p ) s. f. 1°   La partie la plus grossière de la filasse. Étoupe de chanvre, de lin. Boucher avec de l étoupe. •   Et l étoupe enflammée et la poix odorante D une lente fumée exhalent la vapeur, DELILLE Énéide, V.    Fig. Mettre le feu aux …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Étoupe — L étoupe (du latin stupa, ae) est un sous produit fibreux non tissé issu essentiellement du travail du chanvre ou du lin. Ce sous produit a toujours eu certaines utilisations : Dans la construction des bateaux en bois, l étoupe sert depuis… …   Wikipédia en Français

  • étoupe — nf., partie la plus grossière de la filasse de chanvre ou de lin : ÉTOPA (Albanais, Albertville, Chamonix, Saxel, AMA.) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Presse-étoupe — Un presse étoupe est une pièce d étanchéité utilisée dans différents domaines. Sommaire 1 Électricité et électronique 2 Marine 3 Hydraulique 4 Références …   Wikipédia en Français

  • Presse-etoupe — Presse étoupe Un presse étoupe est une pièce d étanchéité utilisée dans différents domaines. Sommaire 1 Électricité et électronique 2 Marine 3 Automobile 4 Notes, sources et références …   Wikipédia en Français

  • presse-étoupe — [ prɛsetup ] n. m. inv. • 1865; de presser et étoupe ♦ Techn. Dispositif empêchant la vapeur de s échapper par l entrée de la tige du piston, dans une machine à vapeur. Mar. Dispositif constitué d une boîte remplie d étoupe graissée, destiné à s… …   Encyclopédie Universelle